L’appel d’Alexandre Barbès-Pougnet, Vice-Président du Ralliement Citoyen pour la Patrie, pour sauver la mémoire, le patrimoine mauricien

http://www.lemauricien.com/…/fondation-la-protection-du-pat…

Il y a deux ans, par le plus grand des hasards, ma route a croisé celle de M. Goorooduth Chuttoo, fondateur du Musée de la Petite Collection. Inconnu d’un trop grand nombre, ce petit édifice, situé à Rose-Belle et dans lequel s’entassent des pièces les unes plus intéressantes que les autres, suffit à lui seul à nous rappeler l’existence d’un riche passé historique précédant la date de l’indépendance de notre pays. Les plus imaginatifs d’entre nous pourront, sans trop de difficultés, entendre le son émanant de ces radios d’antan, les sonneries de ces téléphones d’un autre siècle ou voir les images jadis projetées par le Projecteur PATHE de Pathé Palace, entre autres.
Tout nostalgique ne pourrait qu’y étancher sa soif, à condition de disposer d’assez de temps pour découvrir l’intégralité d’une collection rassemblée et sans cesse complétée durant les 40 dernières années.
Que dire maintenant de M. Chuttoo, si ce n’est qu’il n’est pas un collectionneur ordinaire. La générosité de cet homme se traduit notamment par sa hâte de transmettre l’intégralité de son savoir à tout visiteur et de laisser à notre pays la mémoire du quotidien d’une époque révolue, dont nous sommes tous héritiers, et ce quelles que soient nos origines.
Malheureusement, si de nombreux ministres, haut-fonctionnaires ou présidents de la République ont eu l’occasion, voire le privilège, d’être conviés à faire un voyage dans le temps au Musée de la Petite Collection, il semblerait qu’aucun n’ait jugé bon de soutenir matériellement son fondateur.
Or, la découverte de ces collections, installées dans des infrastructures modernes conçues à cet effet par de vrais muséologues, serait hautement bénéfique à notre peuple, principalement en des temps où ce dernier souffre d’un manque évident de culture et d’ouverture d’esprit. Pour autant, nous ne devons pas lui en tenir rigueur, car nous sommes tous victimes de l’inexistence d’une politique culturelle encourageant l’expansion de ce domaine. Maurice regorge pourtant d’innombrables talents et d’une riche histoire.
Souhaitant voir mon pays progresser, convaincu que les Mauriciens disposent de très grandes qualités, et poussé par mon intérêt pour l’histoire de notre île, j’ai alors décidé de créer la Fondation pour la Protection du Patrimoine mauricien (FPPM), dont la première mission sera de doter le Musée de la Petite Collection d’infrastructures qu’il mérite, et accessibles à tous. D’autres chefs-d’œuvre de notre patrimoine méritent tous autant d’attention, au nombre desquels figurent le Musée naval de Mahébourg, le Musée d’Histoire naturelle de l’île Maurice, le Fort Frederik Hendrik, le Théâtre de Port-Louis, l’Hôtel de Ville de Curepipe, les Rues pavées de Port-Louis, les ponts en pierre victimes de nombreux pillages, le Jardin de Pamplemousses, l’île au Phare, le Fort George et le Fort William.
J’invite par conséquent tous ceux intéressés par ce projet, ayant pour seule motivation la volonté de travailler pour leur pays sans contrepartie, à me rejoindre dans cette démarche. N’hésitez pas à me contacter sur mon adresse e-mail : alexandrepougnet@gmail.com

Publicités