« Heritage City » est présentée comme une Ville Intelligente (Smart City), mais en réalité c’est un quartier, qui aura pour particularité d’abriter les sièges des principaux ministères dont la Primature (Prime Minister’s Office) et l’Assemblée Nationale.

Ce projet est absurde et constitue une méconnaissance de l’Histoire et du principe même de la Souveraineté d’un État.

Contrairement à son appellation, Heritage City va à l’encontre de l’héritage historique ! Depuis pratiquement trois siècles, le siège du Gouvernement se trouve à Port-Louis, ce qui a d’ailleurs fait de cette ville le Chef-Lieu de l’ensemble des Mascareignes (les îles de l’océan Indien). La Primature a été installée dans l’enceinte de l’imposant Hôtel du Gouvernement, un des joyaux du patrimoine architectural de notre pays. L’Hôtel du Gouvernement, qui fait face à la Place d’Armes et affrontant le Port, commande par son architecture, ses marches, son caractère symétrique et sa cour le Pouvoir et l’autorité de l’État.

Le Pouvoir a besoin de symboles forts. C’est une question de l’autorité qu’il doit représenter et commander. D’où la nécessité pour le Pouvoir de s’inscrire dans l’Histoire, la continuité historique, les symboles et l’image.

En délocalisant le siège du Pouvoir dans un quartier certes moderne mais coupé de l’héritage historique et ne reflétant aucun symbolisme, le Pouvoir discrédite sa représentation et son ancrage dans le temps.

Par ailleurs, les modalités de financement et de gestion de Heritage City sont sujettes aux plus grandes interrogations juridiques. Le projet est financé intégralement par des capitaux étrangers et, une fois réalisé, tombe sous l’administration des groupes commerciaux étrangers, à tout le moins pour une durée de 25 ans.

Le Gouvernement et le Parlement ne seront que des locataires des espaces qu’ils occupent auprès de ces étrangers.

L’article 1er de notre Constitution affirme que la République de Maurice est un État souverain et démocratique. La souveraineté est la toute première valeur proclamée par la Loi Fondamentale. Elle prime même, peut-on dire, sur la démocratie.

Un Gouvernement, les ministères régaliens et le Parlement ne peuvent se retrouver en situation de locataire auprès des étrangers sans violer l’article 1 de la Constitution dans son esprit et son essence.

Le Gouvernement a en charge de garder le secret d’État, le secret défense et de veiller à la sécurité extérieure du pays. Il doit pouvoir préserver la confidentialité de ses délibérations, ses échanges et de ses documents sensibles. En qualité de locataire chez un étranger, le Gouvernement ne pourra se prémunir efficacement de toute interception éventuelle d’autant que des résidences de luxe juxtaposeront le quartier gouvernemental.

Autrement formulé, peut-on un seul instant imaginer la Maison Blanche déménagée au sein d’une propriété privée russe, ou encore le Palais de l’Élysée chez des promoteurs chinois ?

Le Peuple, ni personne, n’a aucunement voté pour la délocalisation du Gouvernement et du Parlement. Il s’agit d’une décision lourde de conséquence qui n’a nullement été soumise à débat.

La délocalisation du Gouvernement et du Parlement est illégitime, contraire à nos Lois. A ce titre elle doit être fermement combattue.

Parvèz A. C. Dookhy
Président honoraire du RCP

http://www.lemauricien.com/article/heritage-city-ou-sont-l-heritage-historique-et-la-souverainete

Publicités