Le Gouvernement d’Anerood Jugnauth a, le 20 novembre 2015, reconnu la République Arabe Sahraouie Démocratique (un territoire sous contrôle du Maroc) en faisant un revirement par rapport à la position de l’ancien Gouvernement de Navin Ramgoolam.
Sans doute le Gouvernement d’Anerood Jugnauth a voulu couper l’herbe sous les pieds de son ancien partenaire, le MMM de Paul Bérenger qui a toujours eu une approche gauchiste traditionnelle au regard du droit à l’autodétermination revendiqué par le Front Polisario, l’autorité ayant proclamé la République de Sahraouie. Une telle reconnaissance s’inscrit aussi dans une politique communautariste. Reconnaître un nouvel État arabe fera toujours des heureux sur le plan électoral.
Toutefois, nous ne sommes plus à la sortie de la colonisation, dans les années soixante, époque où le droit à l’autodétermination constituait un espoir séduisant pour beaucoup de peuples. Le contexte mondial a beaucoup changé. Les États intelligents tentent de se regrouper, à tout le moins d’unir leurs forces, dans un objectif commun, à l’instar des États-Unis d’Amérique (qui est en soi un concept contraire à celui de l’autodétermination des peuples !).
Le terrorisme est presque mondialisé. Les événements récents le démontrent amplement. Les groupes terroristes les plus en vue s’installent rapidement dans des territoires en désagrégation étatique : la Syrie, la Libye, l’Irak, l’Afghanistan, le Yémen, le Pakistan, le Nigeria, le Mali etc. L’absence d’un État fort, consolidé et puissant, au-dessus d’une Nation, est comme un appel à l’implantation terroriste. Reconnaître le Front Polisario pour démanteler le Maroc, un des rares pays stables en Afrique, est une faute politique et fait le jeu géopolitique de toutes ces forces occultes qui tirent profit du désordre. Le territoire du Sahara Occidental est un vaste désert dans lequel le terrorisme pourrait aisément trouver une base arrière d’autant que le Maroc soupçonne une certaine connivence des chefs sahraouis avec des djihadistes, notamment de l’AQMI.
Fragiliser le Maroc entraînerait des conséquences néfastes graves pour l’Afrique et l’Europe.
La République Saharouie n’est pas étatiquement viable à l’instar du Soudan du Sud. Le Soudan du Sud est le dernier pays qui est né du principe du droit à l’autodétermination en 2011 mais il a immédiatement basculé dans la guerre civile après sa création.
Il sera également souligné que la Ligue Arabe, comme les pays européens, soutient explicitement l’intégrité territoriale du Maroc.
Par ailleurs, le Maroc dispose d’un Produit intérieur brut fort au regard de la moyenne africaine avec une croissance de 8 %. Maurice a tout à gagner à développer des relations économiques et diplomatiques avec le Maroc.
Maurice doit mettre fin à son amateurisme diplomatique.

http://www.lemauricien.com/article/reconnaissance-du-sahara-occidental-l-erreur-diplomatique-maurice

 

Publicités