1. Navin Ramgoolam n’a jamais eu de respect pour la démocratie. Les élections locales ont été renvoyées à multiples reprises et leParlement a souvent été suspendu. En 2014, le Parlement n’a siégé que 8 foisseulement ;

2. Navin Ramgoolam gère les biens de l’Etat commesi c’était sa propriété personnelle au détriment du Peuple. Il fait attribuerdes terrains de l’Etat particulièrement bien situés à ses proches politiques ;
3. Le gaspillage de l’argent public est plus queflagrant avec les nombreux voyages inutiles de Navin Ramgoolam et son cerclerapproché et les projets abandonnés à coups de millions de roupies ;
4. Sous Navin Ramgoolam les scandales se sontmultipliés sans qu’aucune enquête poussée ne soit effectuée et les responsablessanctionnés. La lutte contre la corruption est comme une mise en scène, unefarce sans produire des résultats concrets ;
5. L’information audiovisuelle locale est maintenuesous contrôle de l’Etat par Navin Ramgoolam et le manque de neutralité de laMBC dans le traitement des informations est décrié et une bonne majorité desmauriciens boudent les bulletins d’informations de la MBC ;
6. La presse écrite libre et indépendante et desjournalistes ont connu des pressions, boycotts et arrestations pour certains demanière à ce que le classement de Maurice par Reporter Sans Frontières s’estdégradé ;
7. Le Gouvernement de Navin Ramgoolam a complètementéchoué en matière de distribution d’eau potable aux ménages. Le Gouvernement n’aeu comme stratégie de faire croire que le pays est en période de sécheressealors même que nous connaissons des inondations meurtrières ;
8. L’insécurité est devenue grandissante et presquegénéralisées. Les crimes de sang les plus atroces et les violences physiques etfaites aux femmes sont régulières, parfois même banalisées ;
9. L’insécurité routière est grandissante et aucunemesure sérieuse n’a pu être prise par le Gouvernement ;
10. Des différents fléaux, le trafic de produitsstupéfiants (drogue, subutex), la prostitution des jeunes, les jeux se sontdavantage répandus sous le régime de Navin Ramgoolam ;
11. Les transports en commun, en particulier les bus,sont devenus dangereux et mettent en péril la vie des voyageurs sans qu’aucune décisionou réaction des autorités n’a eu lieu ;
12. Des travaux publics réalisés sont de trèsmauvaise qualités et mettent en danger la sécurité des usagers, telle la RingRoad et d’autres, tel le portail internet du Gouvernement, n’a été que de trèsmauvaise qualité ;
13. Le Gouvernement de Navin Ramgoolam laisse unlourd fardeau de dette publique à la jeunesse du pays ;
14. Le phénomène du communautarisme s’est amplifiéet entretenu par le Gouvernement et Navin Ramgoolam propose de financer davantageles organisations religieuses et ethniques ;
15. L’enseignement supérieur a été dévalorisé suiteaux différents scandales touchant ce secteur ; diplômes non reconnus,établissement d’enseignement non reconnu dans son pays d’origine, trafic decadavres… ;
16. La qualité du service public de la santé ne s’estpas améliorée ou s’est même dégradée et l’hôpital que Navin Ramgoolam avaitannoncé en 2010 pendant la campagne électorale n’a jamais vu le jour ;
17. La vie est devenue de plus en plus chère sousNavin Ramgoolam et les poches d’extrême pauvreté ont gagné du terrain. Unevéritable fracture sociale s’est instaurée ;
18. La qualité de notre environnement s’est dégradéeet le concept Maurice Ile Durable n’a été qu’un slogan creux, vide et uneillusion. Les bus, poids lourds et autres véhicules qui sont autorisés àcirculer sont très polluants et affectent la bonne santé des mauriciennes etmauriciens ;
19. Sous Navin Ramgoolam le chômage des jeunes, desdiplômes refait surface et la jeunesse a perdu toute perspective de réussite ;
20. Les services de prévisions météorologiques et d’alertesn’ont jamais été une priorité du Gouvernement sous Navin Ramgoolam et MétéoMaurice a dû opérer sans les équipements nécessaires de base ;
21. Le sport, notamment le Football, n’a pas étédynamisé et n’a plus aucune attractivité ;
22. Ladiplomatie mauricienne n’a jamais été la hauteur de la place de l’Etat de Mauricesur la scène internationale. La voix de Maurice n’a pas été portée comme il sedoit. En raison de l’absence à une des réunions africaines importantes,Maurice, alors que nous avons un système de droit mixte et le bilinguisme, n’apas pu abriter une juridiction africaine ;
23. La culture a été réduite, sous Navin Ramgoolam,aux seules chansons locales. La littérature mauricienne de longue tradition aété un secteur non encouragé par le Gouvernement ;
24. La politique de construction de nouveauxlogements pour les ménages à revenus modestes n’a jamais été à la hauteur de lacrise que connaissent certains dans ce secteur ;
25. Les Gouvernements dirigés par Navin Ramgoolamont toujours souffert de lenteur décisionnelle, de manque de réactivité et devolontarisme. Le mode de fonctionnement des services publics est resté les plusarchaïques, tel la Justice, les démarches administratives etc.

Publicités