Pour le leader du Ralliement Citoyen pour la Patrie, le budget 2014, qui aurait du être une loi des Finances, a été un flop sur toute la ligne eu surtout qu’il est un remplis de bluff, de peur et de danger.

Parvèz Dookhy Président du Ralliement Citoyen pour la Patrie (RCP)

Parvèz Dookhy Président du Ralliement Citoyen pour la Patrie (RCP)

Un budget digne de ce nom est une Loi de finances pour une année civile (de janvier à décembre) sur le montant et l’affectation des ressources et des charges de l’État ainsi que l’équilibre budgétaire qu’elle entend créer. Or, à Maurice, le Budget prend l’allure d’un programme de campagne électorale qui n’engage en rien le Gouvernement. Ce sont principalement des effets d’annonce. Chaque année, une dotation budgétaire est prévue pour le métro léger, l’amélioration du service public de distribution d’eau etc. L’année dernière, ce même Xavier Duval prévoyait dans son budget des investissements énormes pour le problème d’eau. Mais rien n’y est fait. Il faut s’interroger sur l’usage qui a été fait des différentes dotations dans le cadre du Budget présenté l’année précédente et d’avant. Il faut revenir à un minimum de sérieux parlementaire d’abord. C’est du bluff, tout comme le métro léger est inscrit dans de nombreux budget depuis au moins 1993. Beaucoup de ce qui est dit dans le budget est faux, purement et simplement.

Un budget de la peur. Oui, le Gouvernement a peur de l’information libre. Il propose de libéraliser l’audiovisuel mais les chaînes privées n’auront pas le droit de traiter de l’information, de l’actualité. Le mauricien doit, pour le gouvernement être informés de l’actualité seulement par la Maison du Bourrage de Crâne (MBC). Nous devons subir encore le monopole de la télévision d’Etat en ce qui concerne les informations, les débats etc.

C’est aussi un budget du danger. Xavier Duval et le Gouvernement veulent alimenter le feu du communautarisme, notamment en faisant revivre les clubs de football à dominante communautaire. Or, il y a bien d’autres moyens pour revitaliser le football mauricien: création des écoles de football pour les jeunes, des stades dans chaque district, faire appel à des entraîneurs confirmés, création des clubs nationaux non communautaires si la régionalisation ne suscite pas d’enthousiasme…

http://www.maurice-info.mu/parvez-c-dookhy-un-budget-du-bluff-de-la-peur-et-du-danger.html

Publicités