ImageChama

13 July 2013 Info Culture, Info Politique, News

Point de vue du RCP sur le sega Patrimoine Mondial

Ralliement Citoyen pour la PatrieShare
Le Ralliement Citoyen pour la Patrie a réagit sur l’acceptation de l’UNESCO du dossier ” Sega Typique” déposé par le gouvernement mauricien et a mis des points sur quelques i par la même occasion.

« Consciemment ou inconsciemment, les autorités mauriciennes tentent d’induire les citoyens en erreur en évoquant « l’acceptation du Séga typique » par l’UNESCO pour être classée Patrimoine Mondial de l’Humanité.

Les autorités mauriciennes ont certes saisi l’UNESCO qui a répondu et indiqué avoir bien réceptionné le dossier et que celui-ci sera à l’étude. Il ne s’agit en rien d’une « acceptation » du dossier, encore moins d’un classement de cette culture au Patrimoine Mondial, mais de la simple réception d’une demande à cet effet.

Par ailleurs, le séga en tant que tel ne pourra pas être classé comme Patrimoine Mondial. Une autre catégorie de protection est prévue par l’UNESCO pour l’expression culturelle, en l’occurrence, le Patrimoine Culturel Immatériel (de l’Humanité).

Aussi serait-il utile de préciser les critères pour qu’un patrimoine culturel immatériel soit classé : il doit être traditionnel et contemporain, éventuellement inclusif, et surtout fondé sur les communautés. Le patrimoine culturel doit être reconnu comme tel par des communautés, des groupes qui le pratiquent, l’entretiennent et le transmettent. Il s’agit d’une culture d’un ou des groupes et personne ne peut décider à leur place.

Inutile par conséquent de souligner que le Séga appartient à toute la Nation mauricienne et non à un groupe ou des groupes spécifiques de personnes ou une ou des communautés. Le séga est la chanson mauricienne tout comme il existe une chanson française et une chanson indienne. Il se distingue nettement de la situation du Séga Maloya, classé Patrimoine Immatériel, par rapport à la culture française, du fait qu’il est pratiqué par une ou des communautés, voire une population spécifique.
Ceci étant souligné, le RCP se réjouirait de l’éventuel classement du Séga comme Patrimoine Culturel Immatériel de l’Humanité en tout état de cause.

Néanmoins, le RCP estime que les autorités mauriciennes, volontairement ou involontairement, ont oublié de faire protéger ce que Maurice a de particulier comme Patrimoine Mondial de l’Humanité.

Un Patrimoine Mondial de l’Humanité est un œuvre ou une existence naturelle ayant globalement un caractère spécifique et exceptionnel.

La Convention cadre sur la protection du patrimoine mondial considère qu’un site représentant « des phénomènes naturels ou des aires d’une beauté naturelle et d’une importance esthétique exceptionnelles » peut être classé au rang de Patrimoine Mondial de l’Humanité.

A Maurice, la Terre aux sept couleurs de Chamarel répond parfaitement à ce critère et a un besoin de protection en raison des phénomènes de l’érosion.

Chamarel est unique au monde et est souvent le symbole fort de Maurice sur les cartes postales. Il est fragile, c’est du « terre-plein », et est affecté régulièrement en raison des phénomènes de grosses pluies.

Le RCP exhorte les autorités mauriciennes à formuler une demande de classement de Chamarel au rang de Patrimoine Mondial de l’Humanité en dépit du fait qu’il relève du domaine privé d’uneSociété (Compagnie).

Le RCP regrette que des différents Gouvernements de la République de Maurice qui ont saisi l’UNESCO aux fins de protection d’un site ou d’une culture aient été animés principalement par des considérations communautaristes et ont ainsi délaissé le site le plus important.

Ralliement Citoyen pour la Patrie (RCP)
Port-Louis, le 12 juillet 2013 »
http://www.maurice-info.mu/point-de-vue-du-rcp-sur-le-sega-patrimoine-mondial.html

Publicités