MEETINGS DU 1ER-MAI: Un déballage indigne d’accusations mutuelles

 Article paru dans Le Mauricien | 3 mai, 2012 – 17:00 | Par SHABANA RAMAN-CAUNHYE, PARVÈZ DOOKHY, YANNICK CORNET, MED DOBA *

L’exercice des réunions publiques des grands partis a été indigne et surtout peu respectueux des Mauriciens, et en particulier des travailleurs.
Il aurait été plus approprié pour les partis politiques d’organiser leurs traditionnels meetings la veille du 1er mai, en fin de journée, par respect pour les travailleuses et travailleurs qui méritent en fin de compte un peu de repos et de loisirs. La fête du travail est, comme son nom l’indique, une fête, un moment de détente. Les travailleurs ne reviennent pas, contrairement à nos chers parlementaires, d’un long congé de cinq mois !
Les deux camps politiques ont porté des accusations substantielles l’un contre l’autre, sans doute en toute connaissance de cause. Les deux groupes sont tout autant salis. Il semble même que tout n’a pas été dit. Ils ont menacé de faire d’autres révélations à l’avenir… Dès lors les deux alliances politiques sont peu crédibles pour diriger notre beau pays.
L’Opposition n’a eu rien à offrir à l’exception du Tout Sauf Navin. Elle est peut-être la perdante de la bataille des foules. Car manifestement, l’apport des éléments du MSM n’a pas été visible et pourrait même être négatif. La foule à Port-Louis est semblable à celle que le MMM réunit seul lors d’un traditionnel meeting du 1er-Mai. Il n’y a pas eu un débordement d’enthousiasme et de ferveur. Il n’a manifestement pas enclenché de dynamique.
Dans la forme, l’on ne peut s’empêcher de penser que Paul Bérenger a agi comme “l’avocat” de Pravind Jugnauth alors qu’Aneerood Jugnauth aurait lui soutenu l’accusation contre Navin Ramgoolam.
Au fond, les questions qui peuvent être posées après avoir entendu les deux camps sont comme suit : est-ce que les Jugnauth seraient restés au pouvoir si l’affaire Medpoint n’avait pas éclaté ? Autrement formulée, la question est : pourquoi n’ont-ils pas démissionné au moment même où ils avaient vu se dérouler devant eux la manipulation telle qu’ils l’ont relatée au meeting ? S’agissant de Navin Ramgoolam, l’on ne peut que s’interroger sur sa responsabilité, à tout le moins politique, car en suggérant par un détour qu’un « parrain et une marraine » seraient intervenus pour faire augmenter le prix de vente d’une clinique, pourquoi n’a-t-il pas mis fin à leur influence sur le champ ?
Enfin, il est bien regrettable de constater le langage indélicat, voire grossier, utilisé par les uns et les autres sans le moindre respect pour les jeunes filles, les femmes et les personnes âgées.

* Club des Militants

Lien : http://www.lemauricien.com/article/meetings-du-1er-mai-deballage-indigne-d%E2%80%99accusations-mutuelles

Publicités