Article paru dans Le Mauricien | 17 April, 2012 – 15:45 | Par SHABANA RAMAN-CAUNHYE, PARVÈZ DOOKHY, YANNICK CORNET, MED DOBA *

Le Premier ministre procède comme un boulanger car il ne ferait que rouler son peuple dans la farine… Il établit un autre programme gouvernemental alors qu’il est presque à la mi-mandat et qu’il a perdu une part importante de sa légitimité démocratique depuis la scission intervenue au sein du gouvernement.
Aucune raison liée à l’intérêt national ne justifie ce programme alors que le premier programme du Gouvernement n’a pas été suffisamment mis en œuvre et que le dernier discours du Budget – qui n’est rien d’autre qu’un discours-programme également dans la mesure où les démarches annoncées ne sont pas limitées à une année – n’a pas été exécuté ; exception faite des grandes mesures de taxation. L’on assiste à une avalanche d’effets d’annonce d’autant qu’un autre discours du Budget à l’allure programme gouvernemental sera prononcé dans quelques mois.
Le Parlement n’a pas siégé depuis voilà cinq mois ; de nombreux projets de loi sont en suspens. Tout porte à croire que les nouvelles mesures annoncées resteront des vœux pieux, comme le métro léger annoncé dans presque chaque Budget depuis plus de 15 ans. En tout état de cause, le Parlement ne siège pas pour des durées raisonnables pour adopter autant de mesures.
Par ailleurs, le Gouvernement ne fournit aucune donnée statistique quant à sa nouvelle politique, ce qui démontre qu’il ne s’agit que des effets d’annonce.
Sur le fond, le Premier ministre aurait dû présenter ses excuses à la Nation plutôt qu’un autre pseudo-programme. C’est quand même sous sa primature que le pays connaît une escalade de la violence, de l’insécurité, des accidents les plus graves de la circulation, la crise dans la distribution d’eau potable, une montée en flèche des faits de crimes économiques, un service de santé publique de mauvaise qualité etc… Les annonces faites ne pourront en rien remédier à l’ensemble de ces problèmes.
À titre indicatif, les mesures préconisées en vue d’une distribution d’eau 24h/24 ne sont nullement à la hauteur de la crise. Il en va de même pour l’ensemble des préoccupations de la Nation susmentionnées.
Le Gouvernement aurait dû identifier les problèmes majeurs auxquels font face des Mauriciens et apporter des solutions en toute urgence comme nous l’avons récemment fait dans la page Forum à propos de nos douze mesures essentielles.
Enfin, une large part du programme est consacrée à des réformes institutionnelles. Or, les réformes d’une telle nature doivent être entamées en tout début de mandat et non lorsque la majorité est incertaine…

A Propos de l’Auteur

* Club Des Militants
Publicités